***

Publié le par jg

Pour feuilleter la brochure papier, cliquez ici.

  Sinon, toutes les informations sont ci-dessous :

 

afficheODC.jpg

 

 

 

OUVERTURE des CLOTURES 2

-

Musiques Mouvantes

 

1er, 2 et 3 juillet 2011

-

Pruines, Aveyron, France

 


Voici enfin les détails de l'édition 2011 de cette espèce de festival qui va se dérouler les 1er, 2 et 3 juillet, au coeur des paysages ébourrifants des environs de Pruines dans l'Aveyron. Plutôt qu'un festival, on a en tête un chavirement, local et temporaire, une petite brèche ouverte sur de belles et détonantes explorations sonores parfois in-ouïes.

Trois jours renversés et renversants dans les collines. De ruisseaux en salle des fêtes, de hangars en vergers, parcourant en zigzags les sentiers buissonniers des musiques pas sages - roulades électroacoustiques, chansons à pas chassés, parcours de santé librement rock, tarentelles dans les taillis et tourbillons de poussière sonore - ce qui toujours nous transporte au-delà des genres, c'est l'expérience, l'engagement, la poésie, la transe.

Musiques mouvantes encore et toujours parce que instables, limites et changeantes autant que vibrantes, physiques et cadencées. Y-a-qu'à-danser !   

-
Repas servis sur place tous les soirs sans réservation
Pensez à réserver votre emplacement au camping
06.07.02.60.80
Billetterie à la Maison du Livre (Rodez)
ou sur place :
1 jour : 10 euros
3 jours : 24 euros
gratuité pour les moins de 16 ans
(hors concert Mami Chan + Le Club des Chats : 3 euros)


-
-
Vendredi 1er juillet, 20h30,
salle des fêtes, Pruines
repas végétariens / produits locaux, servis à partir de 19h
Arlt
La Seconde Méthode
 Squadra Zeus
 Pousse-Mousse
 Troie : Matthias Pontévia, Frédéric Blondy & Benjamin Maumus
-
-
Samedi 2 juillet, 15h,
salle des fêtes, Pruines
CONCERT JEUNE PUBLIC à partir de 2 ans
(Pour les enfants et leurs parents ainsi que ceux qui ne le sont plus tout à fait ou pas encore)
Mami Chan
Le Club des Chats

Samedi 2 juillet, 20h30,
hameau des Tairacs, Pruines 
  repas végétariens / produits locaux, servis à partir de 19h
Alfougy au Bled 
 Alberte Forestier & Xavier Vidal
 Pendule
The Family Elan 

Louise Mitchels

 Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp

DJ Grrrt

-

-

Dimanche 3 juillet, midi,

place de l'Eglise, Marcillac

 Costa and Nero

 Sex, Drugs et Rebetiko


 Dimanche 3 juillet, 15h,

hameau des Tairacs, Pruines

GMEA

Mr Labrador


Dimanche 3 juillet, 20h30,

hameau des Tairacs, Pruines

repas végétariens / produits locaux, servis à partir de 19h

Yoko Higashi & Lionel Marchetti

 Headwar

 Oso el Roto

 Please   

-

-

-

-

-

Squadra Zeus 

tarentelles, villanelles et chansons napolitaines
-
-

795E  
-

-

Ce sont des musiques du Sud de l’Italie, sérénades d’amour, danses à guérir ou chants de travail. Guitare battante et accordéon polychrome, tambourins effrénés et flûtes hypnotiques, bombardes aussi expressives que des voix. Les voix, elles, s’époumonent, s’émeuvent et trouvent à ce décor brûlant une justification à leur puissance de feu. La Squadra Zeus perpétue un moment millénaire, l’abandon à la musique comme rituel des jours de peine et des jours de joie. En trio chez nous, ils nous promettent un répertoire raffiné, vibrant, intense.

-

-

-

-

Arlt

chansons spirites
-
-

ARLT

-
-

 

Chanson française signifierait à peu près ceci : que le verbal prime et que la musique fait une tapisserie discrète à un prétendu message. Arlt ferait dans la chanson française ? Évidemment non. Alors quoi ? Alors, les deux de Arlt, qui parlent fort bien de ce qu’il font, disent à peu près ceci : que les chansons sont des stupéfiants, que chanter une chanson c’est avaler un truc qui met dans un certain état, que les chansons se colorent du temps qu’il fait, de l’humeur du jour, comme des espèces de baromètres. Ici voix, guitares et mots fusionnent avec évidence et, alors qu’ils chantent : « nous sommes un éboulis de pierres »,  « partout / tous les oiseaux / sont tombés au sol / d’un coup d’un seul » ou « apportez vos dents / nous en ferons bien quelque chose », Eloïse Decazes et Sing Sing basculent, enlacés, dans une douce épilepsie et nous avec eux, saisis.
-

-

-

-

Troie :
Matthias Pontévia, Frédéric Blondy
& Benjamin Maumus
frictions
-
-
montagetroie.jpg
-
-
Mathias Pontévia et Frédéric Blondy ont en commun une énergie brutale qu’ils exploitent dans l’écoute de la violence et du silence. Cymbales et gongs, grosse caisse, mailloches, touches, cordes, corps, coudes, mains, pieds, chacun joue de son instrument d’une façon bien peu orthodoxe. Blondy, autant dans le piano que sur le clavier, racle, hurle, souffle l’instrument à ses dernières limites. Pontévia utilise sa batterie à plat comme le forgeron son établi ou le danseur sa piste. Le troisième musicien de ce trio inédit, c’est Benjamin Maumus, aux microphones et haut-parleurs, qui va brouiller les pistes par une redistribution en direct des sons captés, zoomant ici sur certains détails, réinjectant là des fragments attrapés, jouant partout de la désorientation auditive.
Résidence et concert organisés en partenariat avec le GMEA, centre national de création musicale d’Albi-Tarn
http://www.youtube.com/watch?v=l28ei8CbiOY&feature=related
-

-

-

-

 La Seconde Méthode
raconteur jazz punk
-
-
8C3B
-
-
Ce sont des petits motifs rythmiques sobres, au chaloupé redoutable, un balancement à la limite du rigide, solidement campé par la batterie de Pascal Renouard et la contrebasse d’Antoine Dubost. Le guitariste Nicolas Lafourest, vu dans Cannibales et Vahinés, participe à cette implacable horlogerie puis s’en écarte, fulgurant quand il a son mot à dire mais toujours modeste et pudique. Abakar Adam Abaye est tchadien, c’est l’enfant de traditions orales, griot-funambule au débit ébouriffant. Hypnotisé par sa propre litanie, les yeux mi-clos, ruisselant de sueur, le corps convulsé, il se tient à la proue de cet étonnant équipage pendant qu’eux trois, hallucinés, veillent à garder le cap contre vents et marées.
 -

 

-

-

-
Mami Chan & Blanquet
« Town of Tiny Loops » 
-
-
mamie4
-
-
Héritière d’Erik Satie, homologue féminin de Pascal Comelade, Mami Chan est une artiste singulière et toute en paradoxes. Esprit romantique dans un corps pop, musicienne impressionniste à l’âme punk, elle met un point d’honneur à ne pas choisir entre comptines mouvementées et symphonies de poche singulièrement amples. De son livre-disque conçu avec Stéphane Blanquet, ce montreur d’ombres mutantes, elle a tiré un spectacle total. Une féérie musicale, tantôt mélancolique, tantôt joyeuse, nourrie d’une relation privilégiée à la nature et à l’enfance, très loin des nœuds-nœuds roses de Chantal Goya. Pour les enfants et leurs parents ainsi que ceux qui ne le sont plus tout à fait ou pas encore.
Avec la participation bienveillante de Seb Thomas.
-

-

-

-
Le Club des Chats
kung-fu pop-punk
-
CLUBBI 
-
 -
Ne nous fions pas aux apparences, sous l’apparente désinvolture, voilà une paire de travailleurs obstinés. Maïa Roger et le Chevalier de Rinchy exécutent leurs comptines transcendantales avec le plus grand sérieux et un sens aigu de la maîtrise qui résulte, n’en doutons pas, d’un travail quotidien acharné. Ces deux-là pratiquent le couplet-refrain comme d’autres les arts martiaux. Dans le Club des Chats, chaque impulsion, chaque note, chaque changement relève d’un kung-fu musical confondant. Leur musique est une formidable injonction à l’allégresse. Avec une économie de moyens et sans effet de manche, le Club des Chats vous fera grimper aux rideaux, marcher en crabe et léviter en large en long dans une salle des fêtes surchauffée.
 -

-

-

-
Alfougy au Bled
  rythm’n mousse

alfougy.jpg-

-

-

-
Pendule  
binôme sur base
-
-
pendule-TIK-TAK
-
-
Dans la galaxie bordelaise des Potagers Natures, Glen or Glenda a longtemps tenu l’aile rock-en-opposition du mouvement. Issus de cette formation en sommeil, Mathieu Fuster et Mélodie Gotardi reviennent en duo au sein de Pendule, musique écrite et improvisée pour basse, batterie, boîte à rythmes, table de camping, micro piezo et corps sonores. Un fourbi d’oscillations, des variations inspirées et un goût prononcé pour les explorations perpendiculaires. Pendule produit une musique turbulente toute en bifurcations et chausse-trappes.
  -

-

-

-
Alberte Forestier & Xavier Vidal   
local universel
-
-
QSC-LaGranja
-
-
Figure des musiques traditionnelles d’Occitanie, ethno-musicologue aussi discret qu’indispensable, Xavier Vidal est l’inlassable collecteur de répertoires en perdition. Mais Xavier Vidal est surtout un grand musicien. Si le violon est son instrument fétiche, il excelle à tirer d’instruments plus modestes (flûte de roseau, hautbois archaïque) danses et ritournelles intemporelles qu’il fait bondir et palpiter sous nos oreilles ébahies. En compagnie d’une de ses muses, Alberte Forestier, belle et grande dame blues des campagnes du Quercy, il nous livre une musique à la fois brute et flamboyante, modeste et prodigieuse qui démontre une fois de plus que « l’universel c’est le local moins les murs ».
-

-

-

-
 Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp
 cabaret Afrique
-
-
758E
-
-
Issus de l’underground genevois pour certains, de la musique contemporaine ou de l’Orchestre de Suisse Romande pour d’autres, les six sorciers de l’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp érigent un étrange édifice musical, dansant et sans compromis. Entre ambiances berlinoises et rythmiques afro-pop, rugosité free-rock et sophistication harmonique, l’univers de l’OTPMD s’appuie sur une sérieuse section rythmique (contrebasse, guitare, batterie – tenue par Wilf Plum qui a officié au sein des mythiques Dog Faced Hermans) tandis que le marimba, le trombone et le violon, tout aussi cadencés, élargissent encore le champ du rythme. Là-dessus, la chanteuse et violoniste Liz Moscarola, discrète diva à la singulière présence, minaude, s’enflamme et peste, jouant tour à tour les harpies, les femmes fatales et les jeunes filles sages.
-

-

-

Louise Mitchels
rock libre du 93
-
-
A398-
-
« Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation. (…) Le spectacle en général comme inversion concrète de la vie, est le mouvement autonome du non-vivant. » Le message directement emprunté à Guy Debord est on ne peut plus clair. Et les Louise Mitchels le prennent très au sérieux. Contrairement à beaucoup de leurs pairs pro-situ, eux n’ont pas rendu leur défroque pour embrasser le postérieur ramolli d’un spectacle soi-disant « inrockuptible ». Avec quelques trop rares autres, ils défendent une éthique qui nous importe. Évoluant dans la vaste sphère punk bien qu’artistiquement en marge de celle-ci, les Louise Mitchels ne se cantonnent pas à reproduire un modèle anglo-saxon stéréotypé. Ils délivrent des morceaux rigoureux, puissants et débordant de vie qui nous rappellent que la musique, ça peut-être un truc formidable et « directement vécu ».
-

-

-

-
The Family Elan
douce transe
-
-
00.-f&b delirioraga
-
-
Le grand maître soufi Sidi Ahmed Ben Ajiba disait à peu près ceci : « La musique est un vin que dégustent les âmes. Elle nous est servie dans les coupes que sont nos oreilles .» Dans un état d’esprit proche, les Anglais de The Family Elan brodent un étrange répertoire voué à l’ivresse et au voyage intérieur. Entre râgas indiens, rebetiko rêveur et psychédélisme britannique, les méandres empreints de douceur du trio tissent le tapis volant idéal pour accéder à une douce transe. Chris Hladowski, l’artisan de ces lévitations instrumentales, est un remarquable poly-instrumentiste qui a joué dans le One Ensemble de Daniel Padden et avec les formidables vrais-faux rois-gitans du Nouveau-Mexique, A Hawk and a Hacksaw.
DJ Grrrt
intercontinental confusionism

-

-
bat-blesse-copie-1.jpg
-

-

Pour finir en beauté la soirée du samedi,

GRAND BAL POUSSIERE

avec le set africolorisé du discret mais néanmoins efficace convoyeur de vinyles amstellodamois : DJ Grrrt

 -

-

-

-
Très mal connu des cercles rock, le rebetiko y a pourtant toute sa place. Des racines populaires, un propos subversif, une énergie à la limite de la transe, la musique rebete, longtemps censurée, a beaucoup de points communs avec la bonne vieille musique populaire américaine. Au hasard des circonstances – c’est toujours comme ça que les choses intéressantes arrivent – nous avons le plaisir de réunir deux formations qui ont le même amour pour ce répertoire et qui en livrent des interprétations différentes. Ce « plateau » exceptionnel se tiendra sur le marché de Marcillac, plaque tournante de la came locale : fromage de chèvre, légumes bio, miel de montagne, farçous aux herbes et salaisons en tout genre.
 -

 

-
Costa and Nero
rebetiko lunaire
-
-
costa
-
-
Des anglais qui jouent de la musique grecque ! À droite, à gauche, ces derniers temps, on assiste à un curieux retournement : le rock et la pop, exsangues, vont se ressourcer aux musiques non-occidentales et on se surprend à secouer la tête sur autre chose que des rythmes binaires. Le duo Costa and Nero, émanation des anglais de The Family Elan, joue un rebetiko instrumental dans lequel Chris Hladowski, spécialiste du bouzouki, fait la démonstration de sa virtuosité.
-

-

 
Sex, Drugs et Rebetiko
ultrarebetiko
-
-
SexDrugsRebetiko
-
-
Lors de la précédente édition du festival, ils nous ont hypnotisés pendant près de deux heures, infatigables à donner vie à une musique à la rythmique reptilienne. Le rebetiko a une histoire. Celle des musiciens du Pirée et des faubourgs populaires d’Athènes, celle de la rencontre des musiques populaires grecques avec des rythmes et mélodies provenant de toute la Méditerranée orientale. C’est aussi et surtout l’histoire compliquée d’une musique subversive et censurée qui est devenue de gré ou de force le cœur de l’âme grecque. Le rebetiko a une mythologie. Celle des bas-fonds, des fumeries de haschisch, des prisons et des baglamas que l’on y fabriquait avec les moyens du bord. Venant d’horizons musicaux variés, les Sex Drugs & Rebetiko se sont retrouvés autour de ce répertoire, se reconnaissant pour des raisons diverses dans sa réalité et dans son mythe.
-

-

-

-
GMEA  
l’oreille à la sieste
-
-
gmea photocom
-
-
Implanté à Albi depuis 1981, le GMEA,  centre national de création musicale d'Albi-Tarn, a pour mission de favoriser la conception d’œuvres nouvelles, d’en permettre la diffusion et de contribuer au développement de nouveaux outils et processus de création. À ce titre, dans le champ des musiques contemporaines, le GMEA joue un rôle d’impulsion, de soutien et de promotion de la création dans le domaine des musiques mixtes, électroacoustiques et instrumentales, des arts sonores, des formes interdisciplinaires et des musiques improvisées. Le GMEA déménage son laboratoire pour une diffusion en plein air de quelques-unes des pépites sonores confectionnées avec tendresse et talent par ses compagnons artisans-créateurs. Des pièces de choix produites au sein de ce formidable atelier qui « met concrètement l’oreille en action » depuis maintenant trente ans. Le tout servi dans l’écrin sonore d’un système de diffusion en multiphonie. Allongé dans l’herbe, on pourra entendre les traces de Jean-François Vrod, Jean-Léon Pallandre, Alain Savouret, Frédéric Le Junter, Laurent Sassi, Benjamin Maumus, Le Quatuor Béla et Zad Moultaka. Un heure de sieste dominicale, sonore… Quel bonheur !
-

-

-

-

Mr Labrador
poussière électronique
-
-
E7F0
-
-
D’abord un frottement. Un raclement. Ou alors une vague. Des voix, lointaines. Peut-être un klaxon, une toux, du grésil qui tombe, des parasites. À moins que ce que l’on entend ne soit le fruit de notre imagination ou celui des ondes qui s’entrechoquent. Derrière sa grille horizontale, sa serre, Mr Labrador triture quelques objets trivialement sonores auxquels il accorde des sons trouvés : histoires narrées, ville qui défile, explosions, grognements de chiens, conversations. Traitées comme des substances errantes dans un décor mouvant, ces bribes au pouvoir poétique certain composent la trame dramatique de sa musique.
-

-

-

-
Yoko Higashi & Lionel Marchetti
corps mouvants
-
-
marchetti
-
-
Lionel Marchetti est compositeur de musique concrète. Il a composé au CFMI, au GRM, ainsi que dans son studio personnel et travaille régulièrement à la réalisation d’ateliers de création radiophonique pour France Culture. Il poursuit parallèlement un travail d’écriture poétique, ainsi qu’une réflexion théorique sur la musique concrète et l’art du haut-parleur. Yoko Higashi est musicienne, actrice, danseuse. Avec Lionel Marchetti, elle se livre à un corps à corps qui perturbe littéralement la relation danseur-musicien, contraignant ce dernier, impassible dans l’accomplissement de son geste musical, à participer à un duo très physique. Au travers de ce buto dérangé, tous deux œuvrent à un détachement paradoxalement charnel.
-

-

-

-
Oso el Roto
enfant vaudou
-
-
oso
-
-
De quoi est capable Daevid « Oso el Roto » Loiza ? Au cours de ses performances, cet artiste à l’œuvre frénétique et protéiforme, est foutu de plonger dans un lac au beau milieu du concert ou de danser avec une poubelle. La tête couverte de tout ce qui lui passe sous la main – c’est un de ses sports favoris – il aime se lancer dans de dérisoires chorus épiques. Il y a du Dada chez cet ours mal léché tant son manque de respect vis-à-vis des idiomes éculés du rock est libérateur. Mais Oso el Roto peut aussi bien s’asseoir sur une chaise et captiver un public composé d’enfants, de punks ou de personnes âgées en chantant des reprises de Captain Beefheart, des Beatles, de Violeta Parra ou de belles chansons bien à lui, c’est selon. Oso el Roto a joué dans un nombre incalculable de formations : Steack from Delta, Superbeet, Badtz Maru, Dudu Geva et bien d’autres aux noms incitables. Il a même officié le temps d’un soir au sein des mythiques Molecules.
-

-

-

-
Please 
pop frétillante
-
-
B596
-
-
Pas très loin de l’esprit des Chocolat Billy, qu’on ne désespére pas de voir un jour à l’Ouverture des Clôtures, le trio londonien Please joue une musique loufoque, mélange exotique de percussions piétinantes, de duels de guitares chevaleresques et de voix dopées au beta-carotène. Please déménage et fait la poussière dans les étables free-rock, surf, progressives et psychédéliques. Une musique au groove bizarre et contagieux qui fait des vagues, des spirales, des ronds, des carrés, pour finir ce week-end d’agapes sonores par un leçon de géométrie dansante.
-

-

-

-
 Headwar 
  bruit  bris  brut
-
-
headwar-blog
-
-
Headwar est un groupe qui a développé un langage. Rares sont ceux qui inventent encore leur façon de s’exprimer, qui passent certaines frontières, qui s’aventurent sur des chemins qui ne mènent nulle part ailleurs que là où ils doivent mener, vers l’inconnu. 
Et pourtant les Headwar utilisent bien des outils et des codes rebattus, ceux du « rock », mais qu’ils disloquent, s’approchant dorénavant de la trépidante grande musique industrielle, de la poésie, du remous. Héritiers du bruit énergique, sauvage et salvateur de la no wave, ils sont surtout en quête, capables de la plus intense transe cathartique comme du plus beau recueillement, ainsi qu’on peut l’entendre sur leur dernier 33 tours Hopital Torture Punition IV, chef d’œuvre mono-face sorti cette année sur le label bordelais Les Potagers Natures.
-

-

-

-

 
Pousse-Mousse
spa électroacoustique
-
-
visuel pousse mousse marcillac
-
-
Pousse-Mousse est un duo pétillant de musique électronique improvisée, mariage tonique de boîtes à rythmes débridées, de samples et de vinyles détournés, entre électro-pop et musique concrète, boxe thaïlandaise et diabolo-fraise.
-
-
-
-
-

 


TARIFSME


pass 1 journée : 10 euros
pass 3 jours : 24 euros
enfants de moins de 16 ans : gratuit
(hors spectacle Mami Chan + Le Club des Chats : 3 euros)

Billetterie sur place ou à la Maison du Livre (Passage des Maçons à Rodez) 05.65.73.36.15
bar et restauration sur place
-

-

DÉPLAÇAGE


CARTESUD2
À partir de Rodez, prenez la direction de Marcillac/Conques (D901).
Traversez Marcillac et prenez la direction de Nauviale/Conques (D901).
À l’entrée de Nauviale, prenez à droite la direction de Pruines (D22).
Allez jusqu’à Pruines.
Les Tairacs se situent à 2 km de Pruines en direction de Lunel.
Le chemin sera fléché.


-
-
HÉBERGEMENTITUDE  

camping municipal de Pruines
nuitée à 2 euros par personne
emplacement : 2 euros
  réservations : 05 65 69 82 85 (du mardi au samedi, de 8h à 12h)
-
camping municipal de Marcillac-Vallon (à 10 km)
nuitée à 4,60 euros pour 2 personnes.
emplacement aménagé : 3,30 euros
et non aménagé : 1,30 euro
avenue Gustave-Bessières
12330 Marcillac-Vallon
téléphone : 05 65 71 74 96
-
Pour d'autres hébergements et pour joindre l'agréable à l'agréable
Office du Tourisme
-
-

REMERCIAGES
 

Merci à Céline et Daniel pour leur disponibilité, leur accueil, leur générosité.
Résidence et concert de Troie organisés en partenariat avec le GMEA, centre national
de création musicale d’Albi-Tarn, merci à Thierry Besche.
Merci à la mairie de Pruines, à Christian Pouget et Benvinda Lenoir.
Merci à Benjamin Wunsch pour sa gentillesse, sa patience et son ingéniosité sonore.
Merci à Fred du Fournil des Grillons pour son soutien l’an passé.
Pain : Derrière les fagots, Cabrespine crew.
Merci à Joël et au Cap Festival pour les LAEM (lieux d'aisances écologiques mobiles).
Merci à tous les bénévoles, passés, présents et à venir et à tous ceux qui, par leur talent et leur générosité, rendent
cette zone sonore temporaire tellement excitante.
Merci à ceux et celles qui ont mis un peu, beaucoup, la main à la poche.
Affiche : Sophie Fougy & Anne Careil.



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Al@in 10/07/2011 11:32


très belle soirée samedi au hameau, les pieds dans la poussière et la tête dans les étoiles... croisement des genres et liberté non frelatée...


JG 04/09/2011 00:22



c'est bien à ça qu'on aspire, merci...